Woman Stressed Out At Desk

Partager, c’est prendre soin !

La pleine conscience – ce mot est synonyme de calme et de sentiment d’accomplissement.

De nombreuses publications et une couverture médiatique ont romancé la méditation et la pleine conscience.

Cependant, de nombreuses personnes déclarent que la pleine conscience ne « fonctionne pas » pour elles. Ils ne parviennent pas à ressentir la paix intérieure qu’ils souhaitent et ne parviennent souvent pas à comprendre ce qui ne va pas dans leur pratique.

Si vous avez également du mal à calmer votre esprit et à laisser les pensées s’écouler, ce blog vous aidera.

Mais avant d’entrer dans les détails, apprenons ce qu’est la pleine conscience.

Qu’est-ce que la pleine conscience ?

La pleine conscience est la sensation et la réalisation de la réalité actuelle sans aucune couche de jugement, de perception ou de pensées. Ce n’est rien d’autre qu’un état dans lequel vous ne vous battez avec aucune pensée et choisissez de juste être.

En termes simples, la pleine conscience est la capacité de votre esprit à être pleinement conscient de votre environnement et de vos propres pensées, sans y réagir.

Lorsqu’elle est pratiquée correctement, la pleine conscience peut vous aider à obtenir une longue liste d’avantages physiques et mentaux.

Si vous pouvez atteindre la pleine conscience par la méditation, le yoga et les activités physiques, le chemin n’est pas exempt d’obstacles. De nombreuses personnes ont du mal à pratiquer la pleine conscience – elles disent qu’elles n’arrivent pas à se concentrer sur leur « conscience » ou qu’elles n’arrivent pas à suivre leurs « exercices de respiration ». Si c’est votre cas, voici ce que vous devez savoir…

Pourquoi la pleine conscience ne fonctionne-t-elle pas ?

Lorsqu’une personne ne parvient pas à ralentir ses pensées pour pratiquer la pleine conscience, elle commence à se sentir négative et sceptique à l’égard de cette technique d’entraînement de l’esprit.

Il est légitime que les gens se demandent pourquoi leur pratique de la pleine conscience ne fonctionne pas pour eux. Est-ce que c’est parce que leur esprit est trop sauvage pour être apprivoisé ?

A voir aussi :   Qui est l'Archange Raguel ? | L'Archange de l'Harmonie

C’est rarement, voire jamais, le cas !

En réalité, la plupart des gens ne comprennent pas que la pleine conscience n’est pas une pilule à avaler pour obtenir un soulagement instantané des maux physiques/mentaux – c’est un effort continu et intentionnel.

Les gens ont tendance à se concentrer sur les résultats, plutôt que sur leur pratique, et se sentent donc souvent confus et dépassés.

Il est impératif de se rappeler que la pleine conscience prend du temps et qu’avec le temps, le secret de la facilité et de l’abondance se dévoile. Voici quelques-uns des obstacles qui peuvent vous empêcher d’adopter la pleine conscience :

1. Une nature dubitative

L’un des plus grands obstacles que l’on rencontre lorsqu’on pratique la pleine conscience est le doute.

Avant de vous engager sur la voie de la pleine conscience, vous pouvez commencer à douter de son efficacité.

Le doute est la conséquence directe de nos peurs et de notre résistance au changement. C’est cette voix qui nous fait remettre en question nos capacités et nos croyances. Mais n’oubliez pas que rien ne peut fonctionner comme prévu si nous ne sommes pas optimistes à son sujet, y compris la pleine conscience. Plus nous doutons de la pleine conscience, plus il est difficile de la pratiquer.

La façon la plus simple de laisser tomber vos doutes est de croire que nos doutes ne sont pas des faits concrets et n’ont aucune valeur. Ce que vous faites est important, et vous n’obtiendrez les résultats souhaités que si vous vous y concentrez et y travaillez en toute confiance.

2. L’agitation

Lorsque notre esprit est entraîné à continuer à travailler, il peut être difficile de l’arrêter ou de ralentir le processus de pensée. On peut être confronté à une explosion de pensées, d’émotions et de sentiments en pratiquant la pleine conscience. Ce n’est rien d’autre que de l’agitation.

A voir aussi :   Si vous corrigez votre esprit, le reste de votre vie...

Combattre cette émotion ne fera que créer un blocage mental et rendre la pratique de la pleine conscience encore plus difficile.

Au lieu de la combattre, il faut en découvrir la véritable raison. L’anxiété face à l’avenir ou la peur de l’incertitude peuvent être la cause d’un esprit agité. Le simple fait de reconnaître la cause de votre esprit vagabond peut vous aider à mieux le contrôler.

3. Impatience

Admettons-le, nous sommes tous impatients d’attendre notre tour dans une épicerie ou un cinéma. La simple pensée que nous sommes loin de notre objectif suffit à nous rendre agités et impatients.

Le manque de patience signifie notre incapacité à attendre que les choses se produisent. Dans le cas de la pleine conscience aussi, nous attendons des résultats rapides et efficaces en un rien de temps.

Lorsque nous ne parvenons pas à atteindre la pleine conscience, même après des jours et des jours de pratique et de méditation, nous commençons à nous sentir irrités et frustrés.

Bien que l’on puisse essayer d’accélérer le processus, cela ne fera que vous rendre plus agité et irritable. Au lieu d’essayer d’obtenir des résultats instantanés, considérez le temps qu’il faut comme une partie de l’expérience entière. Soyez patient et laissez le calme régner naturellement dans votre esprit.

4. Manquer de sommeil

C’est une triste vérité – nous sommes une nation mondiale privée de sommeil, avec de moins en moins de temps pour nous reposer et relâcher notre énergie.

C’est une tendance commune de se sentir endormi dès que nous avons un peu de temps libre. Dans un tel scénario, si nous investissons ce temps libre dans la pratique de la pleine conscience, nous nous sentirons forcément somnolents et fatigués. En plus de la fatigue, une expérience ou un sentiment accablant peut être une cause sous-jacente de la somnolence.

A voir aussi :   Comment trouver un vrai médium digne de confiance ?

Un esprit à moitié éveillé ne fera que vous faire perdre la concentration sur l’expérience entière et la rendre inefficace. Ainsi, la prochaine fois que vous vous sentirez endormi en méditant, considérez cela comme un signe que vous devez vous reposer et apaiser votre esprit.

5. Désirer

Nos désirs et nos envies sont les plus grands obstacles à la réalisation de la pleine conscience. Même le plus petit désir d’être à un endroit différent ou de manger un certain aliment est suffisant pour détourner notre esprit du présent.

On fait souvent l’expérience d’une soudaine poussée de désir, même avant de commencer la pratique. De tels désirs vont soit vous rendre agité, soit empêcher complètement votre esprit de se concentrer dans le présent. maintenant.

méditation consciente

Avoir un esprit déterminé pour maîtriser la pleine conscience

Si vous souhaitez vivre dans le « maintenant » et pratiquer la pleine conscience, la détermination est la clé.

Pour apprivoiser vos pensées vagabondes, vous devrez vous concentrer sur votre pratique avant de la commencer. Si vous ne pouvez pas résister à l’envie de penser à des lieux, à la nourriture ou à quoi que ce soit d’autre, essayez de les laisser faire partie de votre conscience, puis laissez ces pensées s’éloigner en retirant progressivement l’attention que vous leur accordiez au début.

Un esprit déterminé est toujours tourné vers le résultat final, et pour y parvenir, vous devez être concentré en étant conscient de vos pensées.

Breathe

Pensées finales

Pratiquer la pleine conscience n’est pas facile, mais ce n’est pas difficile non plus.

Tout ce dont vous avez besoin, c’est de laisser ses bienfaits se déployer naturellement, sans aucune contrainte. Au lieu d’attendre un résultat rapide, considérez la méditation de pleine conscience comme un processus graduel qui se développe avec le temps et la patience. Chaque obstacle que vous rencontrez n’est qu’une étape supplémentaire sur votre chemin vers une vie consciente et attentive.



Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page